Safe Lipoplasy
Site de réference en chirurgie plastique
  Login
by El Hassane TAZI M.D.
tazilipo@iam.net.ma
Chirurgie » Femme » La chirurgie des seins » L'addition mammaire 
 
PLUS VOLUMINEUX... L'ADDITION MAMMAIRE
 L'addition mammaire, aussi connue sous le nom d'augmentation mammaire, est une chirurgie esthétique qui consiste à introduire un implant (prothèse) gonflable derrière le sein ou le muscle pectoral (sur lequel repose la glande mammaire) afin d'augmenter le volume.
Il existe plusieurs types d'implants mammaires et tous consistent en une enveloppe externe souple que l'on remplit soit de sérum physiologique ou de gel de silicone.

L'enveloppe

La paroi de l'enveloppe externe est faite de silicone, mais attention ! il ne s'agit pas du gel de silicone (voir : gel de silicone). Le silicone est un matériel offrant une grande biocompatibilité avec l'organisme humain. Il est d'ailleurs utilisé dans la fabrication d'implant articulaire, stimulateur et valve cardiaque, condom, lubrifiant et certains médicaments.

La forme de l'enveloppe est ronde et présente un profil haut (figure 1) ou un profil modéré (figure 2). Le profil haut a une plus petite circonférence et donne plus de projection aux seins. Les implants profil haut sont suggérés aux dames qui ont un thorax ou un sein étroit.



Prenez note que les couleurs vert et bleu servent à différencier le type d'implant.

Le sérum physiologique

Le sérum physiologique est en fait de l'eau stérile contenant une concentration de sodium (sel) à 0,9 %, produit qui est réabsorbé par notre système en cas de fuite et qui est tout à fait inoffensif puisqu'il ressemble beaucoup au liquide qui compose 70 % de notre corps.

Le gel de silicone

Les implants mammaires mis sur le marché dans les années soixante étaient remplis d'un gel de silicone. Ce gel, grand responsable de toute la polémique entourant la sécurité des implants, n’est pas en vente libre pour le moment au Canada, et ce, tant que la commission d'expertise chargée de statuer sur ces implants n'aura pas donné son accord concernant leur utilisation.
 L'INTERVENTION CHIRURGICALE... incision chirurgicale et positionnement de l'implant

Il existe trois types d'incisions classiques pour l'introduction de l'implant mammaire. Une fois l'incision réalisée, il s'agit de préparer la cavité pour recevoir l'implant à l'aide d'instruments chirurgicaux spécifiques.

Transaxillaire (creux axillaire - sous l'aisselle)

• Technique par endoscopie
• Diminution des risques de saignement excessif;
• Technique utilisée chez la majorité des patientes de la clinique de Dr Tazi;
• Cicatrice de 2,5 cm au niveau des creux axillaires, peu ou pas apparente;
• Absence de cicatrice sur le sein;
• Permission de débuter des massages dans les premiers jours suivant la chirurgie;
• Diminution des risques de perte de sensibilité des mamelons, visualisation directe des nerfs.

Périaréolaire (autour de l'aréole)
• Technique non- endoscopique
• Technique pouvant être associée à une mastopexie;
• Cicatrice qui peut être visible chez certaines patientes;
• Augmentation du risque de saignement excessif;
• Augmentation des risques de perte de sensibilité des mamelons en raison d'une mauvaise visualisation des nerfs;
• Augmentation du risque d'infection en raison du passage à travers la glande mammaire;
• Possibilité d'anomalie à la mammographie en raison de séquelle cicatricielle de la glande mammaire;

Inframammaire (pli inférieur du sein)
• Technique non-endoscopique
• Augmentation des risques de perte de sensibilité des mamelons en raison d'une mauvaise visualisation des nerfs;
• Augmentation du risque de saignement excessif;
• Cicatrice qui peut être visible;
• Possibilité de mal positionnement de la cicatrice par la descente et    positionnement de l'implant mammaire.
Une fois l'incision réalisée, il s'agit de préparer la cavité pour recevoir l'implant à l'aide d'instruments chirurgicaux spécifiques. L'implant non rempli est inséré et positionné, soit sous la glande mammaire ou sous le muscle pectoral. Une fois en place, l'implant est alors rempli de salin physiologique (par transfert aseptique) afin d'obtenir le volume désiré. L'intervention dure en moyenne une heure et demie et est réalisée sous anesthésie générale. La convalescence pour une addition mammaire par endoscopie est d'environ une semaine.

Sous-musculaire
• Meilleur recouvrement de l'implant;
• Aspect naturel;
• Risque diminué de palper les replis de l'implant au salin physiologique;
• Idéal chez les patientes présentant peu de glande mammaire;
• Meilleure visualisation du tissu mammaire à la mammographie.

Sous-glandulaire
• Pour les patientes avec une grande quantité de tissu mammaire;
• Technique souvent utilisée pour implants au gel de silicone;
• Risque important de palper les replis de l'implant au salin physiologique;
• Diminution de la visualisation du tissu mammaire à la mammographie.
 
 Copyright © 2008 El Hassane TAZI, M.D. All rights reserved.